Compte rendu des réunions publiques par Ouest-France

Pour suivre toute l'actualité du Tramway, et en débattre...

Compte rendu des réunions publiques par Ouest-France

Messagepar PY » 14 Fév 2007 14:15

Bohars attend le tramway... et du bus

Quels aménagements accompagneront sa mise en service ? Quatorze réunions sont prévuespour informer la population. La première a eu lieu à Bohars mardi soir.
La dame se jette à l'eau. « C'est peut-être une question bête... C'est électrique, le tram · » La question ne prend pas au dépourvu Yvon Puill, le directeur du groupement Sem Tram, chargé de réaliser le tramway brestois. Il explique que celui-ci fonctionnera grâce à du courant continu. « Du 750 volts. C'est très différent des trains de la SNCF qui utilisent du courant alternatif à 25 000 volts. L'alimentation du tram sera assurée par un fil aérien. Le rail en fer, lui, sera complètement inerte. »

Expliquer, rassurer, convaincre. Les élus et les techniciens de Brest métropole océane ont repris leur bâton de pèlerin. Maintenant que le choix du matériel roulant est fait - ce sera le fer -, ils expliquent comment le futur tramway s'insérera dans le paysage urbain. Passage des rames en site central ou latéral, implantation des stations, localisation des parkings relais... Les études de détail sont rendues publiques et la population est invitée à donner son avis. Quatorze réunions sont programmées dans la communauté urbaine. Bohars a ouvert le feu, mardi soir.

Pas de nouveau pont

Côtés élus, la réunion est animée par Annick Cléach, Marif Loussouarn, vice-présidentes de BMO, et Marcel Le Bars, maire de Bohars. Une trentaine de personnes ont pris place dans le foyer communal. Victor Antonio, de la mission tramway, rappelle les « grands enjeux métropolitains » liés à la réalisation de la future ligne. Rénovation du quartier de l'Europe, aménagement du plateau des Capucins, réalisation des nouvelles halles Saint-Louis... Les projets ne manquent pas. Mais, concernant le pont de Recouvrance, Victor Antonio met les choses au point. « Le tram n'est pas l'occasion de construire un nouveau pont qui coûterait plusieurs dizaines millions d'euros. »

Précisément, la première question posée dans la salle concerne le pont de Recouvrance « qui se lève pour laisser passer les bateaux ». Yvon Puill assure que cela ne constitue pas un handicap majeur. « Quand il se lèvera, nous fonctionnerons avec deux demi-lignes indépendantes. Cela se pratique déjà dans d'autres villes pour cause de manifs. » Marif Loussouarn ajoute qu'une étude est lancée pour savoir si l'on ne peut pas rajouter de la circulation à pied et à vélo en plus du tram. Il faudrait des encorbellements élargissant le pont. Réponse d'ici la fin mars.

Les parkings relais intéressent aussi beaucoup les Boharsiens. Il y en aura quatre, ils permettront de laisser sa voiture pour emprunter le tram. Ils seront payants, mais donneront droit à un ticket de tram. « Valable pour le conducteur ou pour tous les occupants du véhicule · », demande un auditeur. « C'est à voir », répond Annick Cléach. Mais la vice-présidente de BMO, chargée des grands projets, se montre très favorable à la seconde solution qui a dopé la fréquentation du tram dans une ville comme Strasbourg.

Brest métropole océane ne peut pas faire de folie. Pas question donc d'un tram à alimentation par le sol, comme celui mis en service à Bordeaux. « Le kilomètre revient cinq à six fois plus cher que le kilomètre de tram classique... »

Bohars ne se trouve pas vraiment sur le tracé de la première ligne de tram, qui ira de la route du Conquet à Kergaradec. D'où des interrogations sur la future desserte de la commune. « Quelle sera la station privilégiée pour les rotations de bus sur Bohars · », demande un monsieur. En principe, ce sera place de la Liberté. « Cette première ligne de tram va économiser un nombre important de kilomètres de bus, souligne Annick Cléach. Ils seront réinjectés dans la desserte des quartiers. »

Mais faut-il attendre 2012 et la mise en service du tram pour réorganiser le réseau de bus ? Ne faut-il pas anticiper, créer de nouvelles habitudes ? Et inciter d'ores et déjà les habitants de l'agglomération à délaisser leur voiture ? Annick Cléach est dans l'obligation de rappeler la dure loi des chiffres. « Tout kilomètre de bus ajouté actuellement à notre réseau a des incidences financières. »


Olivier MÉLENNEC.


La prochaine réunion de concertation sur les aménagements liés au tramway aura lieu à Guipavas, le jeudi 15 février à 20 h 30, à la salle Alizé.


(c) Ouest-France
Dernière édition par PY le 17 Fév 2007 12:40, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
PY
Administrateur
 
Messages: 531
Inscription: 28 Nov 2004 12:47

Messagepar Capacity » 14 Fév 2007 14:46

C'est ce journaliste qui m'a interrogé après pour me demander ce que je pensais du réseau de bus actuel. Article à paraitre très prochainement !
Vive les bus !
Surfez sur les réseaux !

http://snobibus.free.fr

Image
Avatar de l’utilisateur
Capacity
Modérateur
 
Messages: 358
Inscription: 20 Déc 2005 23:04
Localisation: Brest, LIANES 1, 3 et 4, arrêt Ferry

Messagepar Matt » 14 Fév 2007 21:47

j'ai hate de connaitre l'avis d'un jeune usager! :lol:

... comme moi en somme, parce qu'on peut pas dire que je sois vieux
Matt
Membre acidu
 
Messages: 205
Inscription: 22 Nov 2005 13:15

Messagepar PY » 17 Fév 2007 12:41

Le busway s'est invité au débat sur le tram

Cette réunion publique avait lieu à Guipavas, jeudi soir. Henri Pallier, maire de la commune, veut qu'une telle ligne de bus desserve rapidement Coataudon, notamment.
Une semaine après le choix du tramway sur fer - celui qui roule sur deux rails - par une large majorité d'élus de la communauté urbaine, le busway continue toujours de faire parler de lui. Ce transport en commun en site propre (circulant au coeur d'une voie dédiée) a les faveurs d'une partie de l'opposition brestoise (Ouest-France de lundi). Il a également été largement évoqué, jeudi soir, lors de la réunion de concertation sur le tram proposée à Guipavas.Henri Pallier - maire de la commune - veut en effet que de tels véhicules assurent régulièrement le trajet entre la place de Strasbourg et le bourg de Guipavas, via la rue de Paris, le Pont-Neuf, Coataudon et le boulevard Michel-Briand. « Il ne faut pas attendre quarante ans pour mettre en place une telle desserte. C'est maintenant, avant la construction du tramway. Il n'y a pas de gros travaux à réaliser. Le boulevard Michel-Briand est assez large pour le faire. »Risque d'embouteillagesUne proposition que ne rejette pas François Cuillandre. Il semble même y être assez favorable. Le maire de Brest et président de Brest métropole océane a, toutefois, profité de cette réunion publique pour répondre à celles et à ceux qui préféreraient voir un busway plutôt qu'un tram circuler à Brest. « Ce busway existe déjà dans la cité du Ponant. C'est notre axe Nord-Sud et rien d'autre, avec un bus toutes les six minutes. Il ne faut pas aller chercher plus loin. Notre système est aussi performant qu'à Nantes. Si la capitale des Pays de la Loire a choisi le busway, c'est parce qu'elle n'avait pas assez d'argent pour aménager une 3e ligne de tram. »Pour François Cuillandre, ce mode de transport a deux inconvénients majeurs. La capacité d'un busway, tout d'abord, « n'a rien à voir » avec celle d'un tram. « Si nous mettons un busway toutes les trois minutes aux heures de pointe, les voitures voulant traverser la voie se retrouveront coincées au stop ou au feu. Cela créera des embouteillages. Autre souci : on ne pourra pas faire croiser deux bus à 5 cm l'un de l'autre, comme on peut le faire avec un tram. Conséquence : les voies de circulation de ces bus seront plus larges. Et il sera impossible d'aménager des pistes cyclables à côté. Grâce au tram, ces pistes verront le jour. »Terminus devant IkéaAutre sujet majeur développé, jeudi soir, dans la salle de l'Alizé : le terminus du tram. Telle qu'elle est dessinée, la future ligne de 15 km ira jusqu'à Kergaradec au Nord et au Froutven à l'Est. De ce côté, il est prévu d'aménager la dernière station juste devant le futur magasin Ikéa, au bout du boulevard de l'Europe, à quelques pas du rond-point de Quélarnou. Un emplacement qu'ont critiqué assez fortement plusieurs Guipavasiens présents à cette réunion publique. Pour eux, mettre un arrêt juste devant la grande surface de meubles « a un intérêt commercial, c'est tout. Cela servira aussi au futur grand stade de foot. Pas aux habitants ! » Beaucoup de riverains de cette zone souhaitent que la future ligne de tramway desserve plutôt l'autre côté du Froutven, vers Coataudon. Ils ont, semble-t-il, peu de chance d'être entendus. Encore moins si une ligne de Busway est décidée dans les parages.Annick Cléac'h, vice-présidente de Brest métropole océane, chargée des grands projets, voit un intérêt majeur à positionner le terminus du tram juste devant Ikéa. « Cette station sera très utile pour tous ceux qui arriveront de l'extérieur de Brest, notamment du Sud-Finistère. » Ils se gareront sur les parkings des futurs commerces du Froutven, y feront leurs courses, puis rejoindront le centre-ville en tramway.Yves-Marie ROBIN.· Prochaine réunion publique sur le tramway : lundi 19 février, à 18 h 30, dans l'ancienne bibliothèque de Bellevue, à la mairie.

(c) Ouest-France
Avatar de l’utilisateur
PY
Administrateur
 
Messages: 531
Inscription: 28 Nov 2004 12:47

Messagepar PY » 21 Fév 2007 12:30

« Il n'y aura pas de moratoire sur le tramway »

C'est Annick Cléach, vice-présidente de BMO, qui l'a affirmé, lundi soir, en réunion publique à Bellevue. Elle répondait à une question posée par Claudine Péron, conseillère d'opposition.
Après Bohars, puis Guipavas la semaine dernière, c'est à Bellevue que le groupement Sem-Tram faisait étape lundi. Une soixantaine de personnes ont participé à cette troisième réunion de concertation, sur les quatorze prévues. Beaucoup de questions ont été posées. La soirée a duré un peu plus de deux heures. Un bras de fer de quelques minutes a, notamment, opposé Annick Cléach et Marif Loussouarn - vice-présidentes de BMO chargées, respectivement, des grands projets et des transports - à Claudine Péron (UMP Brest Renouveau).Tracts distribuésOn le sait, l'opposition municipale et communautaire ne veut pas du tout entendre parler du tram. Elle l'estime beaucoup trop cher. Pour elle, c'est le système (du busway (véhicules circulant sur un espace réservé, comme l'axe Nord-Sud) qui paraît le mieux adapté à la situation brestoise. Pour se faire mieux entendre, l'UMP Brest Renouveau a commencé à distribuer des tracts réclamant un moratoire. Ses militants estiment, en effet, que le choix du tramway n'est pas définitif. « Rien ne sera engagé avant l'enquête publique » prévue en 2008.Autant d'arguments qui ont poussé Annick Cléach à hausser la voix. Légèrement. « En décembre 2004, notre conseil de communauté urbaine a voté la réalisation du tram. On ne va pas revenir sur cette décision. Le moratoire que vous demandez, Claudine Péron, n'aura donc pas lieu. Quant au busway, il faut savoir qu'un tel véhicule dispose de 150 places. Le tramway, quant à lui, en offre deux fois plus. La différence est donc très nette. »« Un projet mûrement réfléchi »Interrogée, par ailleurs, sur l'organisation d'un nouveau référendum, la vice-présidente de BMO chargée des grands projets a, encore, été ici catégorique. « Je suis certes pour l'écoute des habitants, mais il n'y aura pas de référendum dix-sept années après le précédent. Ce projet de tram a été mûrement réfléchi par les élus. La majorité d'entre eux est arrivée à la conclusion que cet équipement va dans le sens du développement de Brest. Il ne s'agit pas là d'une fantaisie d'élus. Si nous avions souhaité être réélus confortablement, nous n'aurions certainement pas lancé ce projet de tram. »L'enjeu écologique d'un tel transport en commun a également été mis en avant par Marif Loussouarn, élue verte. « Nous avons déjà perdu beaucoup trop de temps à Brest. Il faut maintenant agir vite ! Le tram, c'est urgent ! Les dix-sept dernières années qui viennent de s'écouler ont été très graves pour l'environnement, en raison des multiples pollutions. Il faut nous mobiliser pour que cela ne se détériore plus. » Un sentiment, semble-t-il, partagé par la plupart des Brestois présents à cette réunion publique à Bellevue.Yves-Marie ROBIN.• Prochaine réunion publique de concertation sur le tramway : le lundi 5 mars, à 18 h 30, en mairie de Plougastel-Daoulas.

(c) Ouest-France
Avatar de l’utilisateur
PY
Administrateur
 
Messages: 531
Inscription: 28 Nov 2004 12:47

Messagepar PY » 10 Mar 2007 12:46

La 2e ligne de tram, c'est pour 2018 ou 2020

C'est ce que les élus et techniciens ont indiqué, jeudi, au Relecq-Kerhuon. Elle reliera le nord et le sud de Brest, et desservira la cité Kerhorre via les rails SNCF.

Comme ceux de Plougastel-Daoulas, les habitants du Relecq-Kerhuon sont très remontés. Ils manquent de bus. Ils l'ont dit ouvertement, jeudi soir, lors de la réunion de concertation sur le tramway, organisée dans la salle de l'Astrolabe. Ce sont, en fait, tous les résidants des quartiers ouest de la commune qui sont les plus mal desservis. Ils mettent entre 45 et 55 minutes pour rejoindre le centre-ville de Brest. Ils ont donc plus vite fait de prendre leur voiture pour atteindre la place de la Liberté. Tous souhaitent que le découpage des lignes soit revu au plus vite, notamment en prévision de l'ouverture de la piscine ludique, dans un an, au Moulin-Blanc et de l'arrivée du siège des Papillons blancs, près d'Emmaüs, dans quelques semaines. Marif Loussouarn, vice-présidente de Brest métropole océane, chargée des transports, se dit « consciente » des difficultés rencontrées. « Effectivement, ce n'est pas satisfaisant. »Pour elle, le réseau mis en place pour la période 2004-2009 n'est pas figé. « Les choses vont être regardées de près. Nous avons d'ailleurs mis en place plus de fréquences pour les scolaires. » L'arrivée du tram en 2012 devrait également permettre à BMO de redéployer de nouveaux kilomètres de bus vers le Relecq-Kerhuon, notamment entre la commune et la zone du Froutven. Les élus travaillent, par ailleurs, avec la SNCF afin de mettre en place des abonnements communs train-bus au bénéfice des Kerhorres.Tram-TrainCe qu'attend, aussi, le Relecq-Kerhuon avec impatience, c'est la création de la deuxième ligne de tram. La première ne la concernera pas directement. La seconde, si. Elle devrait relier, en effet, le nord et le sud de Brest, entre le quartier de Bellevue et la gare SNCF, voire au-delà. Des rames pourront même emprunter les voies de chemin de fer jusqu'au Relecq, via le Rody et le centre Leclerc, par exemple. C'est ce que l'on appelle le tram-train. C'est dans cet objectif, que les élus communautaires, réunis le 9 février, ont choisi le tram sur fer plutôt que celui sur pneu.Bien évidemment, ce nouveau réseau de transport en commun en site propre n'est pas encore pour tout de suite. Il faut d'abord que la première ligne de 12 km soit construite. Les élus et les techniciens commencent, toutefois, à y penser sérieusement. Ce deuxième trajet de tram pourrait donc entrer en fonctionnement dans les années 2018 ou 2020. « Pas avant », préviennent les responsables de la Mission tram. Pour des raisons budgétaires. « À cette date, en effet, nous devrions nous retrouver dans la même situation financière favorable qu'aujourd'hui. »

Yves-Marie ROBIN.
(c) Ouest-France
Avatar de l’utilisateur
PY
Administrateur
 
Messages: 531
Inscription: 28 Nov 2004 12:47

Messagepar merO405GN » 18 Mai 2008 16:14

quelques questions sur le tram pendant les réunions :
http://www.letram-brest.fr/blog/categorie/video
Avatar de l’utilisateur
merO405GN
Membre acidu
 
Messages: 198
Inscription: 19 Juil 2007 16:16
Localisation: Brest RTE de quimper / lignes 25 et 27

Messagepar merO405GN » 07 Mar 2009 23:12

Bonsoir

Du 9 mars au 17 avril 2009 , des enquêtes publiques seront réaliser

Image
Avatar de l’utilisateur
merO405GN
Membre acidu
 
Messages: 198
Inscription: 19 Juil 2007 16:16
Localisation: Brest RTE de quimper / lignes 25 et 27

Messagepar freeman » 13 Mar 2009 16:02

Donner son avis sur quoi ??

- le trajet est décidé, de même que l'implantation des stations
- le tram est choisi, ou presque : la forme, la couleur, l'aménagement intérieur sont décidés (il manque plus que le nom du constructeur, mais il est inscrit en subliminal)
- l'aménagement des arrêts est surement décidé et confié à des artistes de renom (comme à Mulhouse)
- pour ce qui concerne les fréquences et l'amplitude de service sont aussi probablement décidées...

Une nouvelle fois en France, on va construire un tram luxueux, une sorte de vitrine pour le bilan de l'équipe municipale lors des prochaines élections, à servir sur les plaquettes d'information touristiques/commerciales de la ville !

Avatar de l’utilisateur
freeman
Membre passionné
 
Messages: 507
Inscription: 09 Jan 2005 12:42
Localisation: Paname !!!

Messagepar Patrick » 14 Mar 2009 16:59

Le gouvernement viens de décider de supprimer toutes ces enquêtes administratives pour les projets de transports à venir .
La suppression de celles- ci feront gagner deux ans au minimum pour leurs réalisations et surtout pour éviter les désacords entre les équipes en place et l'opposision dans les Mairies
Vous ne le savez peut être pas , mais à Brest ceux qui sont opposés au Tram d'aujourd'hui sont ceux qui ont proposés le Tram en 1988 mais les Brestois très en colère après la pose des fontaines rue de Siam ont répondu Non au référundum
avatar: CBM lmb11 CAT 3330
ligne 25
Avatar de l’utilisateur
Patrick
Membre passionné
 
Messages: 261
Inscription: 03 Jan 2005 12:59
Localisation: MALAKOFF 92 / PLOURIN 29

Messagepar leolelionceau » 15 Mar 2009 12:08

L'enquête publique est une étape administrative freeman, comme le rappelle Patrick. C'est d'ailleurs la dernière étape avant les travaux ; une fois la déclaration d'utilité publique obtenue, on peut lancer les expropriations et donc le chantier, a priori sans risque de recours.
Cependant, toute administrative qu'elle soit, cette enquête permet de recueillir l'avis des gens qui veulent bien se déplacer pour le donner. Ca n'a rien à voir avec ce qu'il se passe en Suisse, mais les remarques sont toutes analysées, décortiquées par le commissaire-enquêteur, qui peut tout à fait formuler des réserves sur le projet. On n'est plus vraiment dans la concertation, puisqu'effectivement le projet est ficelé désormais, mais n'oublions pas qu'il y a eu beaucoup de réunions publiques dans les quartiers et les communes de Bmo, et d'ailleurs le projet a été amendé à quelques reprises, sur propositions des conseils de quartier notamment : ajout de 2 stations (St Martin et Europe), branche vers le Froutven entre autres. Et les habitants seront de nouveau sollicités, je pense notamment à la restructuration du réseau de bus.
En ce qui concerne le design, un jury composé de représentants de la population (entre autres) avait été créé. Il n'était peut-être pas assez ouvert, mais je ne crois pas que l'on puisse taxer Bmo de discrétion sur ce coup là.
Pour les arrêts, ce sera du basique ... pas d'art dans la ville, tu oublies que l'on est à Brest. En même temps, peut-on se le permettre financièrement ?
Avatar de l’utilisateur
leolelionceau
Membre passionné
 
Messages: 681
Inscription: 07 Juin 2005 20:55
Localisation: St Michel

Messagepar Romain de brest » 01 Aoû 2009 10:15

vendredi 31 juillet 2009

Un « oui mais » au projet de tramway
La commission d'enquête d'utilité publique a rendu son rapport. Le détail des grands sujets abordés. Le préfet doit maintenant prendre, ou non, un arrêté d'utilité publique.

Points forts

Un deuxième site propre

Le rapport d'enquête d'utilité publique constate que « le trafic automobile à l'intérieur de Brest métropole Océane augmente au détriment du transport en commun ». Cependant, sur l'axe gare - Cavale-Blanche, en partie en site propre, la fréquentation des bus progresse. Mais ceux-ci ont perdu en vitesse commerciale. D'où l'idée que « la création d'une ligne de transport en commun en site propre, attractive et performante », sur l'axe Est-Ouest est « opportune et présente un caractère d'intérêt public ».

Le choix d'un tram sur rails

Les commissaires enquêteurs se disent convaincus par les arguments de BMO en faveur d'un tram : capacité de transport supérieure à celle des bus, vitesse commerciale plus élevée. Quant au rail, il offre la possibilité d'une connexion avec le train. Cette technologie est désormais « bien maîtrisée » et plusieurs industriels la proposent. Cependant, la commission d'enquête s'inquiète en cas de manifestation ou d'accident sur le parcours.

Des quartiers revitalisés

Le tracé a été l'un des points les plus discutés. La commission d'enquête juge l'ensemble cohérent. « Retenu à l'issue de l'étude de plusieurs variantes, il est de nature à desservir un maximum de population. » Les commissaires enquêteurs pensent que le tram « revitalisera les quartiers desservis, en particulier ceux de Pontanezen et de Recouvrance ».

L'indemnisation des commerçants

Bien avant l'enquête d'utilité publique, c'était l'un des gros sujets de discussion, . La commission se dit rassurée sur la volonté de toutes les parties, « d'assurer une juste indemnisation des préjudices économiques subis ». Toutefois, elle insiste sur l'intérêt de rendre la commission d'indemnisation opérationnelle dès maintenant. « Afin d'assurer la plus grande objectivité des décisions et de maintenir le meilleur climat possible dans une période délicate à gérer. »

Points faibles


BMO est partie trop tôt

Même si cela n'a pas de rapport avec le contenu du projet, la commission d'enquête estime que BMO a trop communiqué en amont (date de départ des travaux, de l'inauguration...). Cela aurait « brouillé le message » sur l'utilité même de l'enquête.

Une station à rajouter

Si le tracé est validé, une station supplémentaire est suggérée, au niveau de Pen ar Créach. Il faudrait alors déplacer la station Menez-Paul plus bas vers Ponta. Avantage de cette nouvelle station, elle remplacerait directement la station de bus existante. Et la station de Menez-Paul, placée dans une pente moins forte que dans le projet initial, serait « accessible aux personnes handicapées ».

Des études de bruit à refaire

Les nuisances sonores n'ont fait l'objet que de dix-huit observations. Sur le parcours même du tram, pas de problème : le bruit sera moins élevé qu'avant. En revanche, dans les rues adjacentes, la question se pose. Selon la commission d'enquête, il faudrait mener de nouvelles études d'impact dans les rues concernées, en bas de la rue de Siam, et aux abords des parking relais.

Olivier PAULY.
Ouest-France
http://www.brest.maville.com/actu/actudet_-Un-oui-mais-au-projet-de-tramway-_loc-1021267_actu.Htm
Romain de brest
Modérateur
 
Messages: 405
Inscription: 03 Déc 2004 20:44




Retourner vers Le tramway

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron